Skip to content

the protesters mobilized malgré l’ordre de tirer sur les émeutiers

More than a hundred people ont defilé dans la capitale du Sri Lanka, Mardi, malgré l’ordre donner aux forces de sécurité de “tirer à vue” sur les pillards. Since the Prime Minister forced him to resign, the protesters continue to demand that he depart from his brother, President Gotabaya Rajapaksa, who is the person responsible for the serious economic crisis that devastates his country.

The big group toujours au Sri Lanka, au lendemain de violents affrontements, which ont precipitated the resignation of the Prime Minister. Many hundreds of protesters ont defilé, mardi 10 mai, defiant le couvre-feu à Colombo, malgré l’ordre du gouvernement de “tirer à vue” sur les pillards et les persons implicated dans les violences.

The UN declared “the escalation of violence” and demanded the authorities to dialogue with the population, exceeding many serious shortages of nutrition, fuel and medicine, and who demanded the department of the family Rajapaksa du pouvoir. The EU exhorted all parties to avoid violence.

The Ministry of Defense announced that “the forces of security ont reçu l’ordre de tirer à vue sur quiconque pillera des biens publics ou attentera à la vie” d’autrui. Des dizaines de milliers de militaires ont été déployés dans les rues du pays.


In response, the protesters set fire to the rumors of maisons d’hommes politiques appartenant au parti au pouvoir and tried to seize the official residence of the Premier minister situated in the capital.

A luxury hotel that appartiendrait to a proche of the Rajapaksa family to également été incendio, mardi soir, près de la forêt tropicale de Sinharaja (south).

Plus tot dans la journée, le deux deux de la police nationale a été légèrement blessé par la foule et son véhicule incendio près de la résidence du Premier ministre à Colombo, according to the authorities.

Affrontements meurtriers between demonstrators and policemen

The UN Haute-Commissaire aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, said “deeply troubled” after partisans du Prime Minister Mahinda Rajapaksa “ont attacked the peaceful protesters in Colombo” Monday, even though ” the attacks of foules against the members of the party au pouvoir qui ont suivi”.

“Les gens sont en colère après las attaques lancées contre nous hier. Et malgré le couvre-feu, nous avons beaucoup de volontaires que venennt nous aporter de la nourriture et de l’eau”, declared a protester, Chamal Polwattage, adjunct: “Nous ne parterons pas so much that the president (Gotabaya Rajapaksa) ne s’en ira pas”.

Les affrontements de lundi ont fait huit morts, dont deux policiers, et plus de 200 blessés, selon la police – la journée la plus meurtrière depuis le 19 avril, lorsque la répression d’une manifestation antigouvernementale avait fait un mort et plus de 24 blessés dans le center du pays. Des dizaines de bâtiments et des centaines de véhicules ont été incendiés.

Lundi, in Nittambuwa, about fifty kilometers north of the capital, a deputy for a party, Amarakeerthi Athukorala, committed suicide après avoir sur deux anti-gouvernement protesters who blocked their voice. Deux autres personnes ont été tuées dans la journée, à Weeraketiya (sud), où un membre du parti au pouvoir a tire sur des protestants.

“Mauvaise passe” pour les Rajapaksa

Le pays est secoué depuis several semaines par des manifestations quotidiennes contre le gouvernement des Rajapaksa, après des mois de pénuries marking the gravest economic crisis after independence in 1948.


The authorities ont annoncé that le couvre-feu serait prolongé jusqu’à jeudi matin. Bureaux, magasins et écoles sont restés fermés mardi.

The army exfiltrated the matinée Mahinda Rajapaksa from her official residence, after the thousands of demonstrators forced one of the portals and tried to seize the battle or the brother of the president Gotabaya Rajapaksa s’était retranché avec sa famille .

“Mon père est en sécurité, il se found dans un endroit sûr”, declared to the AFP are fils aîné, Namal Rajapaksa, 35 years old, avocat de formation. Il ajouté que son père de député resterait et entendait jouer un rôle actif dans le choix de son successeur de l’état.

“Nous ne quitterons pas le pays”, at-il insisté, qualifying the colère nationale contre sa famille de “mauvaise passe”.

The Sri Lankan religious protesters and chefs reproached their Prime Minister, who resigned, willingly incited their partisans to violence.

“Arrêtez those responsible for the instigation of violence, regardless of the political position”, ordered by his troops Chandana Wickramaratne, the police chef. Cette dernière a, comme la commission locale des droits humains, annoncé l’ouverture d’une enquête.

A country that is struggling with the economic crisis

The president is toujours en fonction, avec des pouvoirs étendus et le commandement des forces de sécurité. Même avec un gouvernement de coalition, il pourra nommer et destituer les ministers ainsi que les juges, et beneficiera de l’immunité.

Les partis d’opposition ont déclaré, mardi, avoir annulé les pourparlers en vue d’une coalition avec le gouvernement après l’explosion de violence.

More selon des sources politiques, des tentatives étaient toujours en cours pour organiser une réunion en ligne entre le président et all les partis politiques.

For Akhil Bery, from the Asia Society Policy Institute, who arrived, the prochain government would prendre des “unpopular decisions” to redress the economy in ruins.

Tout renflouement par le Fonds monétaire international (IMF), currently under negotiation, signifies “an increase in taxes and a decrease in public expenses, which is a politically toxic combination”.

With AFP

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.